Résumé

Falcon, J. (2013). Social mobility in 20th century Switzerland, Thèse de doctorat / PhD dissertation, Université de Lausanne, Dir. : Prof. Dominique Joye

L’étude de la mobilité sociale permet d’évaluer dans quelle mesure une société donnée est « ouverte ». S’intéresser à cette question est particulièrement crucial dans nos sociétés démocratiques, où il est attendu que la place des individus ne soit plus déterminée à la naissance, mais plutôt par les qualités individuelles. La présente étude examine cette question dans le cadre de la Suisse, un pays aux caractéristiques institutionnelles spécifiques, particulièrement de part le lien étroit que son système éducatif entretien avec le marché du travail.

A travers une analyse empirique détaillée fondée sur des analyses statistiques robustes menées à partir d’un jeu de données unique construit sur-mesure, je démontre que la société suisse n’est pas devenue plus ouverte au cours du 20ème siècle. Même si certaines barrières ont perdu de l’importance, dans son ensemble, la société suisse est restée extrêmement rigide. En particulier, parce qu’il oriente très tôt les individus dans des filières fortement segmentées, le système éducatif suisse n’atténue pas les différences entre milieux sociaux. Ainsi, la Suisse se trouve dans une configuration particulière où, d’une part, la place d’un individu dans la société est hautement déterminée par son niveau d’étude et, d’autre part, par son origine sociale. En d’autres termes, la Suisse apparaît comme une sorte de « méritocratie non-méritocratique ».